Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 05:00

A 1200 km de Paris, Copenhague capitale du Danemark pays 13 fois, plus petit que la France, est située sur une Île à l 'Est sur ​​la mer Baltique.

Le Danemark n' a qu' une frontière terrestre avec l' Allemagne de 67km. Le Danemark et la Suède sont reliés par un tunnel sous marin partant de Copenhague et prolongé par un pont suspendu arrivant à Malmö pour une longueur totale de 17km. Ce n' est pourtant pas la distance la plus courte entre ces 2 pays: plus au Nord de l' île de Sealand, il n' y a que 6km entre  Elseneur et Helsingborg.

​En haut la côte suédoise et le pont, en bas l' aéroport de Copenhague.

En mer, le point de jonction du pont et du tunnel sur une île artificielle.

Ce qui m' a surprise en arrivant dans cette petite ville, c'est le nombre de vélos. Les habitants circulent plus à vélo qu' en voiture car leur prix est exorbitant sans doute pask' il n' y a aucune industrie automobile dans le pays.

Autre surprise dont nous Français ferions bien de nous inspirer: c' est le civisme des Danois. Quand le feu tricolore passe au rouge pour les piétons, aucun ne s' engage avant qu' un petit bonhomme vert s' illumine. Impressionnant!

Je ne m' étendrai pas sur les repas un peu légers...Mais c' était un voyage "organisé" donc les restos étaient prévus par le tour opérateur...

Exemple:

Et là c' était dans un restaurant dit "branché", pas le "Noma" mais de la même veine façon nouvelle cuisine. On a tous ri beaucoup mais on avait faim en sortant!

Doses homéopathiques assurées!

D' autres types de repas:

Plateau repas typique pour 2.

Filets de poisson panés, saumon, harengs, tranches de veau ou de volaille, du lard frit et quelques fois du fromage;

Quant à la sauce, un délice!

Hamburger façon danoise, énoooorme et très bien garnide lard frit, d' oignons, de fromage, de salade... avec la fameuse sauce et des petites pommes de terre.

C' est la seule fois où il y avait des féculents au menu.

Nous avons aussi dîné dans un restaurant de Tivoli où nous sommes régalés car c' était un buffet à volonté.​

Mais il y a tellement mieux à Copenhague.... comme ce qu' il y a sur la frise plus bas. Tout y est!

La prochaine fois je vous raconte ce que j' ai vu en découvrant la ville.

Source citations sur la page Avion - Citations - Dicocitations

 
Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 05:00

Avant le dîner, nous avons, de justesse, eu l' aubaine de pouvoir voir "Les Mousquetaires de Richelieu", spectacle équestre, de cape et d' épée avec un soupçon de danses flamenco dans le Grand Théatre du Carrousel d' une capacité de 3000 places.

photo internet

Je n' ai pas tout compris..., je n' ai pas adhéré. Je passe.

 

Après le repas à L' Orangerie, un cadre agréable, où j' ai pu reposé mes pieds fatigués, nous voilà repartis pour ce que j' attendais de voir depuis si longtemps: "La Cinéscénie".

Théâtre grandiose d' une capacité de 14000 places assises pour un spectacle de nuit, sur une "scène" de 23 ha où l' on trouve sur la gauche, une maison vendéenne, un moulin, puis au centre le chateau d' origine reconstitué partiellement depuis 1970, et à droite le village des Ouches avec son église: décors grandioses et en grande partie réels :

A gauche le moulin et la ferme, à droite le village des Ouches et son église

Et entre les deux, au centre le chateau.

Il faut savoir que ce spectacle nécessite 1200 comédiens, 120 cavaliers, 100 techniciens, 6000 costumes, 2000 projecteurs, 800 pièces d' artifice et 140 jets d' eau.

Les récitants de cette histoire sont des voix célèbres: Gérard Depardieu, Philippe Noiret, Robert Hossein, Jean Piat... et d' autres que je n' ai pas reconnus.

Un vieux marchand ambulant raconte à Jacques Maupellier qui habite la petite maison, l' histoire des ses ancètres depuis le Moyen Age jusqu' à la Seconde Guerre Mondiale .

Je vous offre quelques vidéos, des courtes et des plus longues, mais pas forcément dans la chronologie du spectacle:

 

Jeux d' eaux

Fête du village, danseuses dans l' eau, plutôt sur l' eau, et jets d' eau.

Même chose avec les premières fusées.

Les villageois dansent sous le crépitement des feux d' artifice.

Les cavaliers partent du village à droite, puis traversent la scène et s' en vont vers la gauche et passant derrière le chateau.

Ainsi se termine notre journée au Puy du Fou.

Il ne faut pas hésiter à y aller et même à y retourner car les spectables changent sans cesse en gardant leurs thèmes, et des nouveautés sont créées constamment.

 

A bientôt pour une autre balade de vacances.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 05:00

Pendant l' attente pour entrer au spectacle "Le Bal des oiseaux Fantômes", j' ai réussi cette photo que j' aime particulièrement:

Ce sont des oies cendrées suivant sûrement leur mentor en ULM.

Nous entrons dans un amphithéatre de 3500 places, construit sur les ruines authentiques du 1er Chateau du Puy du Fou:

Plus de 200 rapaces et échassiers, dont 150 simultanément, volent au dessus de nous en un ballet silencieux, pendant que nous écoutons la princesse Aurore égrainer ses souvenirs:

 Il y a des faucons, des hiboux grand duc, des condours, des vautours, des chouettes effraies,  qui passent d' un fauconnier à un autre, sans jamais se tromper. Des cigognes sont là aussi volant d' un coté à l' autre de l' enceinte .

Il y a encore un oiseau étrange: le serpentaire:

Mal placée pour l' avoir sans les barrières...

Il a une tête de rapace et des pattes d' échassier. Il chasse les serpents qu' il piétine de ses pattes et déchiquète avec ses serres.

Ce septacle, et celui des Vikings sont ceux qui m' ont le plus marquée.

C' est presque l' heure du dîner.

Nous cheminons le long du bel étang, siège du spectacle de nuit des Orgues de Feu, et nous passons par la forêt et la Roseraie, avant d' aller s' asseoir au restaurant en attendant l' heure du spectacle nocturne.

C' est un temps de repos bien mérité.

La suite au dernier épisode.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 05:00

Après avoir casse - crouté sur le pouce dans une sorte de taverne, nous allons vers le spectacle des "Vikings", comme 3500 autres spectateurs.

Quelques photos?

Non, mieux que ça: une vidéo! Il faut mettre le son.

C' est en l' an 1000, que des villageois fêtent les noces d' Aldérick et Cibèle au moment où les terribles guerriers Vikings débarquent sur leurs drakkars pour piller leur village et l' incendier.

Des photos quand même pask' on n' a pas pu tout filmer pendant près d' 1/2 heure:

Voilà la "scène" en vue panoramique, où va se dérouler le spectacle.

Après tant d' émotions une balade dans la "Cité Médiévale"  est la bienvenue :

Une vue de la rue principale avec les toits et les façades de guingois. Dans chaque maison il y a des artisans: forgeron, sculpteur sur bois, tonnelier, talmenier, verrier, herboriste...

 Nous allons tranquillement vers un autre spectacle, en passant par un très beau jardin dont on apprécie la fraîcheur en cette fin d' après - midi :

Mais la suite sera pour le prochain épisode.

 

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 05:00

Après nous être promenés librement dans la jardin de La Fontaine, nous nous dirigeons au plus loin dans le parc, en passant par "Le village du XVIIIème siècle" dont voici la ferme:

Puis c' est le Colisée dont on aperçoit en rouge, le péplum qui protège les quelques 7000 spectateurs du soleil.

Dans cette allée, un gentil jardinier compatissant voudra bien nous arroser d' une douce pluie de gouttelettes afin de nous rafraîchir avant d' aller voir le spectacle "Le Signe du Triomphe" aux jeux du cirque.

C' est tout d' abord une parade d' animaux: des gentils comme les oies, les autruches, et même des dromadaires, et des féroces comme la panthère dans sa cage, les lions, et même un tigre. Puis les prisonniers gaulois sont "livrés" aux fauves, et doivent combattre les gladiateurs et gagner une course de chars pour sauver leurs vies.

 

Il y a même un des lions qui s' accorde une petite pause pour regarder le spectacle

 

Dans la cage en dessous, il y a un prisonnier

Bien sûr ce n' est pas la course de chars de Ben Hur, mais c' est quand même beau et c' est le char tiré par 4 cheveaux blancs, celui du héros gaulois qui gagne devant le gouverneur romain dépité!

On quitte le Stadium Gallo - Romain au bout de plus de 45 minutes, sous un soleil de plomb en espérant pouvoir nous asseoir pour déjeuner et surtout se désaltérer.

La suite au prochain épisode.

 

 

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 05:00

Elles sont finies...

En Vendée pendant 2 semaines, nous sommes allés voir de belles choses.

Etre si près et ne pas aller au "Puy du Fou", c' était impensable. Partis tôt pour arriver à 9h30, mes petits pieds et moi en avons profité jusqu' à 23h45, et je ne regrette rien, même pas le saut de pointure du 38 au 40.

Bien sûr, n' y passant qu' une seule longue journée, nous n' avons pas pu faire la totalité des activités proposées. Je ne vais pas tout raconter et montrer d' un coup, seulement petit peu par petit peu. Il y aura des photos et des vidéos, en suivant le cheminement que nous avons fait tout au long de cette journée.

Nous avons assisté à 4 des spectacles.

En entrant dans le "Grand Parc" nous visitons "le village 1900" avec ses boutiques reconstituées:

Un crieur de rue, comme autrefois, vient faire les annonces et des musiciens jouent aux fenêtres:

J' ai beaucoup aimé cette promenade dans le village reconstitué.

Ensuite nous nous asseyons un moment pour écouter "La légende de Martin", un spectacle de marionnettes où un gentil meunier va apprivoiser la "Malebête" qui terrorise tout un village.

Nous avons continué en partant vers "Le Monde Imaginaire de La Fontaine". On y entre par un sous bois et on découvre un bassin embrumé orné de la statue du fabuliste:

Première surprise, la statue de pierre parle et bouge lèvres et yeux:

Elle nous invite à cheminer en découvrant ses fables mises en scène"vivantes". J' ai été impréssionnée par "Le chêne et le roseau":

Le chêne à gauche, et le roseau, devant, penché, récitent la fable en évoquant la morale jusqu' à ce que le chêne rompe et tombe à la renverse!

Je ne peux pas ne pas montrer le "travail de sculpure" sur l' arbre.

Il y a aussi "La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf".

Le boeuf dans son étable (est - il un vrai?) parle à la grenouille qui explose à la fin du récit.

Après un petit intermède dans le parc, nous allons vers le Colisée.

Ce sera pour un prochain épisode.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 05:00

En balade dans la campagne tourangelle, il suffit de regarder et l' on découvre de jolis paysages.

Tout d' abord en plongeant vers le bas, au détour d' un virage:

Voici le lavoir situé en contre - bas du Chateau de Montpoupon, en Indre et Loire. Un réseau de ruisseaux circule tout autour et dans les jardins de Montpoupon mais impossible de savoir lequel passe là: il y a le ruisseau du Moulin Brouillon, celui de Chézelles et l' Aigremont. Je ne sais pas ce qu' est le petit édifice conique à droite, près du pont, et c' est dommage.

En se retournant et en relevant le regard, le chateau s' offre du haut de son promontoire:

A l' époque carolingienne le clan germanique des Coin, décide de s' établir sur un piton rocheux : Mons Coin Coin... qui deviendra Montpoupon beaucoup plus tard.

Laissé à l' abandon après la guerre de Cent Ans, il est reconstruit en style Renaissance et est ajoutée la poterne d' entrée.

Il est aujourd' hui privé mais visitable. La même famille y vit depuis 1857.

~~~~~~~~

En reprenant la route, on arrive à Montrichard (le T se prononce). J' aime beaucoup cette bourgade posée sur le Cher où a été aménagée une plage où j' allais gamine, bien avant Paris -Plage!

Levant la tête, on devine le chateau médiéval qui domine la ville, et qui fut partiellemnt détruit par Philippe Auguste:

.Il y a d' autres jolies photos à faire:

A gauche l' escalier qui monte au chateau, et à droite, le parc del' Hotel d' Effiat, rue Porte au Roi avec un superbe ginkgo biloba (arbre aux 40 écus).

Moi qui n' aime guère marcher, j' aime me promenner dans les ruelles.

Dans la rue Nationale, la rue commerçante et en partie pietonnière, on trouve quelques maisons à colombages:

Une pause pour se désaltérer s' impose, sur la jolie petite place ombragée Barthélémy Gilbert au coin de la rue, avant de rentrer à la maison, en attendant d' autres promenades.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 05:00

C' est à Elne que nous passons quelques jours, en compagnie de nos amis.

Elne est l' ancienne capitale du Roussillon, et mentionnée dés l' Antiquité sous le nom de Illibéris. C' est à ce nom que ces habitants doivent le leur: les Illibériens.

Elne a obtenu son statut de siège épiscopal en 568 après J.C., et ce jusqu' au XVIIème siècle. On y visite une magnifique cathédrale romane du XIème siècle, et son cloître de marbre blanc veiné de bleu, dont les colonnes recèlent de véritables trésors de sculptures aux thèmes animal, végétal, et religieux.

Les arcades du cloître sont un havre de paix , il y fait frais, le silence n' est troublé que par le chant des oiseaux.

Tous les symboles de chaque colonne et leurs chapiteaux sont  différents...

... et quelques fois surprenants!

Adam et Eve et ....les mêmes à droite, illustrant "Le Péché Originel". J' adore!

Le jardin qui entoure l' église est planté d' oliviers et de lauriers, on s' y sent bien, au calme. C' est un lieu reposant qui invite à la réflexion. J' ai aimé m' y arréter.

Du haut de la terrasse, on domine toute la ville jusqu' à la mer.

A Elne, il y a aussi le Chateau d' En Badou qui deviendra la Maternité Suisse.

En 1939, Elisabeth Eidenbenz, travaillant pour le Secours Suisse aux enfants, et parlant l' espagnol, rachète le bâtiment et le transforme en maternité pour y accueillir des mères  ou futures mères, juives, espagnoles, françaises et tziganes internées dans des camps, vivant dans la clandestinité, ou subissant les restrictions dues à la guerre.

C' est ainsi qu' entre 1939 et 1944, près de 600 enfants sont nés dans cet établissement. Mais, de la maternité partaient aussi, chaque jour, des milliers de repas et de rations de lait pour les camps, devenant ainsi une oeuvre humanitaire.

Pour finir, les arbres qui bordent les avenues ne sont pas des platanes, les arbres fruitiers des jardins ne sont pas des pommiers, les fleurs sauvages au bord des routes ne sont pas des graminées...

Voilà ce que l' on voit:

Des palmiers! Manquerait plus qu' ils aient des dattes...Hummm, c 'est tellement bon!

Un citronnier chargé de fruits dans la cour d' une maison et un aloé véra en fleurs sur le bord de la route. J' ai vu aussi des agaves en fleurs, mais impossible de prendre la photo, nous roulions sur l' autoroute.

Le Roussillon est un coin de France que je ne connaissais pas. La fée Météo fut avec nous car, à part le voyage aller, le soleil s' était quand même invité.

Nous avons retrouvé la pluie à quelques kilomètres de la région parisienne.

 C' est fini!

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 05:00

Après Barcelone, nous longeons la côte  en remontant vers la frontière française.C' est la province de Gérone, en Catalogne espagnole.

On part vers Figuéras, située au pied des Albères pyrénéens. C' est la ville natale de Salvador Dali mais aussi  de Luis Casadesus, fondateur de la dynastie de musiciens et comédiens bien connus en France.

On atteint la côte vers Roses, située plein Sud, dont la baie fait partie depuis 2011 des plus belles baies du monde.

On passe par la montagne sur des routes pas très larges..., on traverse des cols et puis au détour d' un virage, on découvre de jolies pépites.

J' avoue avoir eu un coup de foudre pour Cadaquès, village de pêcheurs, tout blanc, entre le bleu du ciel et celui de la Méditerrannée, isolé par les montagnes et tourné vers la mer.

On devine la route empruntée pour descendre jusqu' à la mer, qui serpente parmi la garrigue, à droite de la photo.

L' église Santa Maria domine les toits du village. Elle datait du XIIIéme siècle, mais elle fut pillée par Barberousse et les Sarrasins en 1543 et  dut être reconstruite, de style gothique, au XVIème siècle. Cadaquès a été rendue célèbre par Salvador Dali qui l' habita, et qui l' a défendue contre les promotteurs immobiliers.

Pounet marche juste derrière le bateau blanc retourné. à gauche... Nous avons dégusté de délicieuses tapas sous les arcades, au milieu de la photo de droite.

Pour circuler à Cadaquès, on ne peut pas se tromper: il y a une grande rue qui devient à sens unique devant le port, et qui longe le littoral jusque sur les hauteurs, en faisant le tour du village.

On pénètre à nouveau dans cette cordillière montagneuse pour atteindre d' autres villages comme El Port de la Selva et LLança. Des paysages fabuleux s' invitent dés que l' on quitte le centre habité:

Sur la photo de gauche, la pointe qui s' étend vers la mer, c' est la France, le Cap Cerbère.

La végétation nous offre un spectacle étonnant. Le relief est recouvert de tapis de succulentes en fleurs, des roses, des jaunes, des blanches... Il y en a partout!

L' après - midi touche à sa fin, il faut déjà penser à rentrer vers la France. On bifurque vers l' autoroute où les péages ibériques sont "capricieux". Au Boulou, une visite s' impose quand même dans une mercerie bien connue des patcheuses. Je ne peux pas ne pas m' y faire arrêter!

Et là, c' est le bonheur!

Une fois que ma carte bancaire a bien pris l' air en s' allègeant, je la range en attendant une autre sortie.

Prochaine visite en pays catalan coté français.

A suivre.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 06:40

Quand la décision a été prise de descendre vers Perpignan, j' ai rêvé de pousser jusqu' en Espagne pour voir La Sagrada Familia. C' était le point d' orgue de mon voyage.

Partis sous un ciel menaçant, la pluie s' invite au voyage. A peine à 30km de Barcelone, une trouée dans les nuages laisse entrevoir un coin de ciel bleu.

"De quoi faire une culotte à la Sainte Vierge" aurait dit Papa.

Plus on s' approchait, plus il faisait beau. Et puis d' un seul coup, elle est là, dépassant des toits, à quelques centaines de mètres. La chance est avec nous, il y a une place de stationnement juste à coté... 500m.

Je n' aime pas marcher mais ma curiosité est ma meilleure amie, mon carburant.

Première image, première émotion...!

On s' approche pour prendre la file d' attente:

En s' approchant des escaliers devant la façade de la Nativité, photo au dessus, on pensait que l' entrée était là puisque des gens attendaient. Que nenni! C' était pour les groupes. Pour nous la file, dont on ne savait pas jusqu' où elle allait, commençait juste à coté, là où j' ai mis l' étoile *!

Nous avons suivi... Il n' était pas envisageable (pour moi) de caler si près du but.

Comment cet homme, Antoni Gaudi né en 1852, a pu penser, imaginer et réaliser une oeuvre aussi spectaculaire? Il obtint son titre d' architecte en 1878 à Barcelone, mais il est plus qu' architectecte, il est visionnaire!

La 1ère pierre est posée en 1882, et c' est Gaudi reprend le projet de Villar après sa mort, dés 1883. Gaudi ne verra jamais La Sagrada Familia finie, il meurt le 10 Juin 1926 renversé par un tramway. La construction continue grâce à la volonté populaire, ainsi qu'  aux aumônes, dons et legs. Nous pénétrons par la Façade de la Passion. Une fois entrés, quelle récompense! J’ai fait "Whouaaaaaa!" et je suis restée bouche bée, les yeux au bord des larmes  d’émotion.

Epoustouflant, stupéfiant, sidérant, désorientant, médusant...

Ce qui frappe en entrant c' est la hauteur des voûtes, la luminosité, la blancheur des pierres. Tant de monde à l' extérieur et une impression de "vide" à l' intérieur tellement l' espace est immense.

De son vrai nom le  "Temple Expiatoire de la Sagrada Familia" sera consacré et déclaré Basilique Catholique Mineure en 2010 par le pape Benoit XVI.

Elle a 5 nefs et un transept qui mesure 90m de long et 60 de large. La nef centrale mesure 15m de hauteur.

Dans le montage ci - dessus, les 2 photos centrales verticales montrent le maître - autel avec le Christ en croix sous un "baldaquin" doré. Un puits de lumière haut de 75m apporte un éclairage embelli par des mosaïques:

On devine à droite 2 des 4 colonnes grises dédiées aux 4 évangélistes dont les noms figurent dans des "macarons" colorés:

Tout ce qu' a pensé Gaudi est symbolique. Les colonnes s' élèvent comme les arbres

d' une foret, avec un feuillage stylisé :

Les galeries visibles sur la photo de droite sont des gradins destinés à un choeur de 1500 chanteurs. La capacité totale atteint 10000 personnes.

Cette basilique possede ou possèdera 3 façades, chacune ayant 3 portails symbolisant la Foi, l' Espérance et la Charité, surmontées chacune de 4 clochers représentant les 12 Apôtres.

Façade de la Nativité, la seule que Gaudi ait vue finie:

A gauche la partie haute avec un cyprès, refuge des oiseaux, symbolisant l' Eglise et les fidèles.

A droite, en 1 le portail central de la Charité

en 2 le portail de L' Espérance représentant la Fuite en Egypte, le massacre des Innocents ainsi que Joseph et l' Enfant.

en 3 le haut du portail de la Charité et le couronnement de Marie.

Le portail de la Foi est caché par les bâches.

Façade de la Passion

La désolation, la douleur, le sacrifice et la mort y sont évoqués.

Remarquez bien les 2 ronds rouges sur la photo de droite. J' en reparlerai plus loin.

Façade de la Gloire.

Tojours en construction.

En faisant le tour de la nef centrale, on peut voir derrière et sous le maître - autel, la crypteconçue par le 1er architecte Villar, puis agrandie et modifiée par Gaudi.

Elle n' est pas ouverte à la visite, mais on peut la voir en partie derrière des vitres. Elle comporte de nombreuses chapelles dédiées aux membres de la Sainte Famille. Actuellement c' est là que se déroule la vie paroissiale. C' est aussi dans cette crypte à la Chapelle du Carme que repose Antonio Gaudi.

Le musée, situé près de la façade de la Passion nous fait mieux comprendre le symbolisme que Gaudi a voulu transmettre. On a vu la flore avec les colonnes arbres surmontées de feuillages. Gaudi disait que les nefs intérieures et les voûtes seraient comme une forêt.

"Cet arbre près de mon atelier, celui - là est mon maître."

Antonio Gaudi

Mais sont aussi représentés les fruits des 4 saisons notament, avec les couleurs des mosaïques vénitiennes qui les recouvrent en haut des clochers.

Il y a aussi la faune avec les escaliers que nous emprunterons, en forme de colimaçons, et toutes les représentations d' animaux dans les sculptures.

La lumière est partout et entre par des vitraux colorés aux formes géométriques pour la plus part.

Après la visite "au sol", nous montons dans le clocher de droite de la photo vue plus haut.C' est l' ascenseur qui nous hisse à cette hauteur, environ 100m. En sortant, on passe un par un, juste d' une tour à l' autre en montant 4 marches par l' étroite passerelle.( cercle rouge). Il faut déjà redescendre car on est à la queue leu - leu...

Et là... il y a 400 marches à emprunter dans un escalier où en étendant les bras, on touche les 2 murs, et qui tourne autour du vide. Il y a des ouvertures régulièrement qui laissent voir un panorama impressionnant:

 L' escalier et son "trou", (on devine un visiteur qui descend) et une vue de la ville jusqu' à la mer.

A gauche la colline du Parc de de Montjuïc dont je reparlerai en fin d' article, et à droite la statue de l' Ascension en bronze doré  (2ème cercle rouge vu plus haut).

Par les ouvertures de cet escalier, on voit les ouvrages imaginés par Gaudi:

Voici des paniers remplis de fruits en mosaïques colorées, à la cîme des baies.

Nous continuons la descente mais l' escalier qui tournait de droite à gauche, change subitement de sens et "d' architecture", pour ma plus grande peur! Il est toujours en colimaçon, mais avec  une toute petite rampe qui court sur le seul mur à gauche. De l' autre coté, ... ben il n' y a que le vide au bord des marches!!! Pas question de prendre la moindre photo, la peur du vide me paralyse presque.

"Pounet!!!! Viens devant moi!!!!"  Je descends marche par marche, comme les enfants, d' abord le pied gauche qui est coté mur, la main cramponnée à la rampe, et l' autre agrippée à Pounet, puis le pied droit. Il n' en finit pas de tourner, cet escalier en vis.

On finit par arriver sur le plancher des vaches, le carrelage de la basilique. Ma jambe droite flageole comme jamais elle ne l' a fait. Je n' arrive pas à détendre mes muscles.

Montés à 15h15 par l' ascenseur, arrivés en haut 5 minutes plus tard, nous n' avons retrouvés la terre ferme qu' à 16h10, donc presque une heure pour descendre 400 marches. Mais quel spectacle!

Nous reprenons la voiture et visitons Barcelone, en passant par la Rambla. C' est leurs Champs Elysées. C' est une belle avenue arborée où les voitures circulent de chaque coté d' une allée centrale piétonne. Axe névralgique de la ville de plus d' 1km, elle relie la Pace de Catalogne, au vieux port, où veille la statue de Christophe Colombs.

Désolée, mais le temps d' armer l' appareil, je n' ai pu l' avoir que de dos.

Le port a éveillé ma curiosité par quelque chose d' inattendu:

Et oui, c' est bien un téléphérique! Il traverse le port jusqu' à la colline de Montjuïc dont j' ai parlé plus haut et que l' on devine sur une photo, en descendant de la Sagrada Familia.Datant de 1929, il a été rénové pour désservir les installations olympiques de 1992.

Notre balade barcelonnaise s' achève avec des souvenirs plein les yeux, ... et des muscles fatigués!

Bientôt une autre escapade espagnole sur la Costa Brava.

A suivre.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article

Présentation

  • : La cour de re - créations de Mimi
  • La cour de re - créations de Mimi
  • : mon quotidien et mes loisirs.
  • Contact

Bienvenue chez moi.

Maman 3 fois, Mamy 1 fois, et Mimi tout le temps, j' ai toujours eu des fourmis dans mes 10 doigts. Ils ne se sentent bien qu' en tripatouillant des fils et des tissus. Et puis certains mais pas tous, aiment aussi écrire au crayon ou au clavier.

Merci de vos visites, en espérant que ma cour de ré - créations sera aussi la vôtre.

A bientôt.

Quelle heure est-il?

"Des lettres et des mots"

Si comme moi vous aimez les lettres qui font de jolis mots, venez me rejoindre dans ma communauté afin de partager nos alphabécedaires personnels.