Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 05:00

Les fèves ça me connait puisque je suis fabophile... Pourtant là, je ne les collectionne pas!

Pendant notre séjour à la campagne nous sommes allés visiter une entreprise qui exploite les fèves ...de cacao! C' est à Bracieux,(41) à coté de Chambord.

 

 

 

 

Nous avions déjà eu une idée de la récolte des cabosses au Sri Lanka, mais là nous sommes "allés" de la fève de cacao à la tablette de chocolat.

Il y a d' abord la cabosse:

 

 

 

 

Les graines ou fèves sont rangées à l' intérieur de la cabosse, et quand elles sont fraiches, elles sont blanchâtres, nacrées et gluantes.

Une fois récoltées, les fèves du cacaoyer sont fermentées puis nettoyées et torréfiées entre 120°C et 140°C pour réduire encore leur humidité et perdre leur amertume:

Moi qui n' aime que le chocolat noir, j' ai testé celui à 100% de cacao. C' est amer...! Il n' y a pas du tout de sucre. J' ai appris que lorsque l' on a un chocolat noir à 70% , celui que j' aime, il a 30% de sucre seulement. Le pourcentage donne à la fois le taux de cacao et de sucre.

Quant au chocolat blanc, il n' est fait que de beurre de cacao et de sucres!Il ne contient pas un gramme de cacao.

Malheureusement nous n' avons pas pu prendre de photos de toute la procédure pour arriver à la tablette, mais ça sentait bon....

A la fin de la visite, nous avons dégusté une très bonne mousse au chocolat très légère et nous avons admiré les sculptures en chocolat réalisées dans la laboratoire par des artisans de génie:

 

 

 

 

 

 

 

:Nous ne pouvions pas quitter ce lieu gourmand sans passer par la boutique où nous avons fait des tas d' emplettes en goutant quelques bonbons.

Promis Gina, on t' y emmènera!!! Et aussi Antoine!

 

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 05:00

J' aurai pu en faire une énigme de ce mot que je ne connaissais pas, pas plus que "magnanerie". J' ai préféré faire la curieuse et aller voir ce que c' était puisqu' un flyer me disait que c' était à coté de la maison à la campagne.

Un magnan est un mot occitan qui veut dire "bombix" ou "ver à soie", et la magnanerie est le local où ces petites bêtes sont élevées. Celle où je suis allée est située à Bourré dans le Loir et Cher et qui plus est, dans un site troglodytique habité par le sériciculteur.

C' est Louis XI(1423-1483) qui invita des artisans italiens et grecs à s’installer à Tours, ville qui devint ainsi un centre séricicole plus important que Lyon.

Nous sommes accueillis devant le site troglodytique par Laurent, qui, entre parenthèses, porte une chemise imprimée bleue et blanche à faire chavirer d' envie la patcheuse que je suis.

 

L' entrée de ce qui était autrefois

une ferme troglodytique.

Deux magnifiques croix sauvées des ordures

mais qui n' indiquent pas de tombes!

 

L' escalier qui dessert la chambre

du propriétaire actuel.

Le même escalier du temps de la ferme.

 

Nous sommes invités à découvrir quelques pièces du logement:

 

L' ancienne cuisine

Le salon.

 

Ce troglo est dit "de façade", c' est à dire qu' il n' y a pas de profondeur, les pièces sont en enfilade, côte à côte et parallèles à la façade, côté où se trouvent les portes et les fenêtres . Il y a l' eau, l' électricité, le tout à l' égout, le téléphone et même internet!

Nous passons à la magnanerie installée au cœur de la pierre de tuffeau de la colline.

 

Nous montons au 1er étage,

Machine à enrouler le fil de soie

Laurent ( et sa jolie chemise)

nous montre un ver ou chenille...

Les vers à diverses étapes de leur cocon

Des cocons formés et un ver SDF

Un ver dans son cocon

L' étape des amours *

Le repas de feuilles de murier.

* Ce que l' on voit sous les gobelets sont un accouplement des papillons. Ils ne volent pas et seul le mâle bouge tant est si bien que le sériciculteur les place "sous cloche" pour éviter de les perdre... Les petits points noirs sont les 300 à 700 œufs que la femelle a pondu 3 jours après.

C'est au stade de chenille que le bombyx produit la précieuse fibre sécrétée en une bave abondante qui, en durcissant, se transforme en un fil unique de soie brute avec lequel la chenille se fabrique un cocon. Ce fil mesure entre 800 et 1500 mètres de long et il est si fin, bien plus fin qu' un cheveu, qu' on ne peut pas le mesurer.

 

Il y a là environ 100m de fil de soie que le guide a tiré d' un cocon plongé dans l' eau tiède. C' est tellement fin et volatile que Pounet a eu du mal à faire une photo correcte.

Voilà les cocons! On devine le début du fil de soie sur certains. La forme est indépendante de la volonté du ver, quant à la couleur, elle dépend de la race de la bête.

Si je secoue mes cocons, j' entends le bruit de la chenille morte à l' intérieur. Si on l' avait laisser vivre, elle aurait fait un trou dans le cocon pour en sortir, et le fil de soie aurait été tronçonné alors que là il sera d' une seule longueur.

A l' époque de l' ancien propriétaire, la chambre du fils de la famille était installée au niveau de ce qui est devenu le laboratoire:

 

 

Elle a de toutes petites ouvertures

mais conserve une température

agréable été comme hiver

sans aucune humidité

La visite se termine et nous nous retrouvons à l' ombre d' un des mûriers du jardin dont les feuilles sont le repas préféré des vers. Les petites tâches rougeâtres sont les fruits, des mûres pas tout à fait comme celles que l' on trouve dans les haies.

 

 

 

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 05:00

“Quiconque a un rêve devrait aller en Italie. Peu importe si l’on pense que le rêve est mort et enterré, en Italie, il se lèvera et marchera à nouveau.”

Elizabeth Spencer

 

J' en retiens des souvenirs inoubliables, des pieds gonflés, des interrogations, des montées, et des descentes...

  • 1°) Pourquoi les villes italiennes sont toutes en haut d' une colline? Enfin pas toutes paske  Pompéï c' était plat et Rome aussi .... mais pas partout!
  •  
  • 2°) Pourquoi y-a-t-il plusieurs types de postes ?

Je m’ explique : il y a la poste nationale avec des timbres à 1€ qu’ on ne peut acheter que dans les tabacs ayant une enseigne bleue

 

  

timbre officiel de la Poste italienne

Il y a aussi la poste privée avec de belles boîtes aux lettres blanches un peu partout avec un gros logo "Mail Box".  Dans ces boites là, on ne peut poster le courrier qui arbore ce genre de timbre:

 

 

Ils coûtent jusqu' à 1€30!

On nous prévient aussi que souvent ce courrier n' arrive jamais!

 

 

 

 

 

 

Et il y a une 3ème catégorie de boites. Ben oui pask' il y a le Vatican qui n' est pas l' Italie: donc changement de timbre! Impossible d' y mettre du courrier avec un timbre italien.

 

 

Et moi j' ai posté 2 cartes directement dans la boutique du Vatican:

 

 

C' est une boîte officielle!

Elles sont bien arrivées toutes les deux chez leurs destinataires.

 

 

 

 

  • 3°) Pourquoi n' avons  - nous eu droit qu'à du "Vino de messa"? (vin de table). Nous avons traversé les régions italiennes où les vins sont réputés. En plus les accompagnatrices ne tarissaient pas d' éloges sur eux. Et bien pas la moindre goutte de Morinello ou de Chianti enToscane ou encore de Montepuciano des Abruzzes, pas non plus Brunello di Montalcino à Sienne ni de Vernaccia à San Gimignano.... Je devrais me souvenir aussi du Lacryma Christi de Naples gouté il y a bien longtemps...
  •  
  • 4°) Même chose pour la charcuterie:

    Pourtant ils ont la mortadelle, le jambon de Parme, le salami, la coppa, la pancetta....Rien de tout ça à part un petit bout de jambon caché sous des pâtes une fois.

  •  

  • 5°) Et les pâtes! Alors là on a été servi c' est le cas de le dire. On en a eu a tous les repas midi et soir en guise d' entrée. On a vu défilé toutes les formes: tagliatelles, spaguettoni, cappelonni, fettuccini, linguini, et j' en oublie surement en 16 repas.Toutes accompagnées de sauces différentes ou de légumes émincés. Délicieux, mais après il y avait un plat de viande ou de poisson avec des légumes, courgettes, tomates, petits pois et même pommes de terre.On finissait par un dessert... Bonjour l' équilibre alimentaire et tanpis pour les diabétiques!

  •  

  • 6°) Pourquoi les tranches de viande n' ont qu' un coté tellement elles sont fines? Pask' les Italiens sont spécialistes du carpaccio et qu' il faut amortir la machine à trancher!

  •  

  • 7°) Et moi amatrice de fromages, il fallait que je supplie le serveur pour obtenir du parmesan en supplément! Il n' y eu aucun fromage à nos menus. Je me suis vengée en rapportant du vrai parmigiano reggiano non râpé, de la vraie mozarella au lait de bufflonne et aussi de la vraie burrata. Nous avons dégusté tout ça en famille dés notre retour. Moi j' attendais du gorgonzola, du provolone, de la ricotta.... Rien de tout ça. On n' avait droit le matin qu' à du fromage en tranche plus fine que les toastinettes et qui ressemblait à un gruyère fadasse. Bilan j' étais en manque et au retour le plateau de fromages ne m' a pas résisté!!!

  •  

  • 8°) J' ai appris que Pinocchio et son papa Gepetto étaient tous les deux emblèmes de Pise. Quand on se promène dans la région on en voit de toutes sortes.

  •  

  •  

  •  

  •  

  • Même des presque vrais!!!!

J' adore ce genre de panneau où l' on se cache derrière pour prendre l' aspect du modèle.

Celui là de Pinocchio il est à moi!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr j' ai craqué et j' en ai acheté plusieurs!

  • 9°)  Le café, une institution en Italie. Je n' en bois pas mais j' ai aimé les recommandations de notre accompagnatrice pour les amateurs éclairés.
  • Si vous prenez un expresso et que vous mettez un sucre, il n' y aura plus de café. Autrement dit la dose de café est si petite....
  • Idem pour le ristretto avec 2 sucres!
  • Par contre si vous voulez un vrai café dans une tasse correcte prenez un américano! Ça ne s' invente pas!

 

Moi je me suis gavée de cappuccini, sans sucre bien sûr, en mettre serait un sacrilège, à longueur de journées pask' il n' y a qu' en Italie que je m' en régale, me faisant des moustaches avec l' épaisse mousse de lait juste parsemée de cacao.

  • 10°) Pourquoi dans les églises visitées, que ce soit Saint Pierre de Rome, Sainte Claire à Assise, ou la cathédrale de Florence, n' y a-t-il pas de quoi se poser afin de se recueillir? Les nefs immenses sont vides de chaises ou de bancs.
  • Il est aussi pratiquement impossible d' y faire bruler un cierge. On nous explique que c' est le risque d' incendie (sic) qui entraine le fait qu' il n' y ait que des lumignons électriques qu' on allume contre une obole et qui sont éteints dés que nous quittons l' église!!!
  •  
  • 11°) A Pise c' est Pinocchio, mais à Naples il paraît que c' est Polichinelle! Et bien je n' en ai pas croisé un seul! Pourtant j' aurai bien aimé en rapporter au moins un. Raté. Je me suis rabattue sur les cornicelli.

     

     

     

    Ce ne sont pas des piments ce sont des cornes.. Ils portent bonheur à ceux à qui on les offre.Il y en a de toutes sortes, petits grands, en or, argent, plastic... Il y a des vendeurs à tous les coins de rue!

     

    Moi je préfère ce modèle porte clés. Il y en a un dans chaque voiture de la famille

     

  • 12°) J' ai rêvé aussi de tiramisu, le traditionnel et incontournable dessert. En plus littéralement son nom veut dire: « tire-moi vers le haut », « remonte-moi le moral », « redonne-moi des forces ». Et bien nous n' en avons eu qu' un en 9 jours et encore il était déstructuré, servi dans un verre. Il était bon mais bien que je ne sois pas un bec sucré, j' en aurai bien dégusté un second.
  •  
  • 13°) En Italie il doit y avoir de belles douches à l' italienne, non? Pas du tout! Du moins pas dans les hôtels où nous furent logés. Par contre ils avaient des halls d' accueil qui reflettaient un certain luxe, avec du marbre, de grands canapés moelleux, des objets de prix, des sculptures.... Mais à l' arrivée dans les chambres, ce n' était que du mobilier vieillot, démodé. Il y eu même une fois où il nous fut impossible d' entrer dans la douche dont la porte en angle ne s' ouvrait qu' à une trentaine de centimètres du rebord du lavabo!!!
  •  
  • 14°)Je voudrais juste vous montrer 2 photos prises dans le hall d' un hôtel qui forcément m' ont faite rêver et ont titiller ma curiosité de collectionneuse:
  •  

     

  • 15°) J' ai "aimé" l' interprétation du Code de la Route qu' en font les Italiens, parfois approximative, voire dangereuse, mais toujours avec des gestes - d' excuses ou d' énervement? C' est le plus fort, ou le plus courageux, qui passe!
  •  
  • 16°) Comment ne pas avoir une douce pensée pour Mimine quand on circule 9 jours dans les rues d' Italie et que l' on croise une à 2 fois par jour des teckels trottinant joyeusement à coté de leurs parents à 2 pattes.Voilà bien longtemps que l' on n' en croisait plus....Le teckel revient à la mode.

 

Voilà mon Italie, celle que j' ai ressentie et revisitée. C' est la 3ème fois que j' y venais.

J' avais déjà une fois jeté une pièce dans la fontaine de Trévi en 1964 en faisant le voeu d' y revenir. J' y suis revenue 53 ans après et j' ai recommencé!

Qui vivra verra.....

 

 

“Qui peut jamais être seul un instant en Italie ? Chaque pierre a une voix, chaque grain de poussière semble être l’instinct d’un esprit du Passé, chaque marche rappelle quelque ligne, quelque légende d’une tradition depuis longtemps à l’abandon.”

Margaret Fuller

 

Ciao!

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 05:00

On quitte Rome et le Latium pour retrouver un petit bout de Toscane à Sienne.

Sienne fut fondée par les fils de Rémus. Le point le plus haut de la ville est la cathédrale Notre Dame de l' Assomption ou le Duomo de Sienne:

A noter que les 3 triangles de la façade sont garnis de mosaïques recouvertes de feuilles d' or.

Son campanile en marbres blanc et noir, couleurs de la ville en souvenir des chevaux que montaient les fils de Rémus en s' enfuyant pour fonder la ville.

A partir de là nous ne ferons que descendre des petites rues serpentines jusqu' à la Piazza del Campo:

Photo du web

J' ai emprunté cette photo juste pour vous montrer sa forme en coquille Saint Jacques , creuse au centre.

C' est la place centrale de la ville et l' activité qui s' y déroule fait penser à la place du Tertre à Paris: des peintres, des caricaturistes, des marchands de souvenirs... Le tour de la place n' est pratiquement fait que de restaurants.

La course du Palio de Contrade souvent abrégé en Palio, une spectaculaire course de chevaux qui voit s'affronter les contrade(paroisses et quartiers) de la ville deux fois par an, le 2 Juillet et le 16 Août. Les chevaux courent sur la partie grise de la place et je suppose que beaucoup se blessent bien qu' on nous dise le contraire...Moi je pleins les chevaux plus que les cavaliers!!!

Autres bâtiments emblématiques de Sienne, en briquettes ocres, le Palazzo Publico, siège du gouvernement municipal, auquel est accolée la Torre del Mangia, ancien campanile d' une chapelle toujours située au pied de cette tour.

 

 

Le plus étonnant c' est que les terrasses des restaurants penchent vers le centre de la place. ce qui fait que sur notre table de 6, j' étais plus basse que la personne d' à coté! On pouvait aussi en juger par le niveau des boissons dans nos verres.

Après déjeuner, direction San Gimignano, ville émergeant d' une "mer d' oliviers" car située sur une colline. Encore de la grimpette!!! Elle est entourée de 2 murailles parsemeées de 75 maisons-tours qui hérissent le panorama:

photo du web (je n' ai pas de drône...)

L' accompagnatrice voulait absolument que nous voyions cette ville car il y avait le meilleur glacier italien de l'année...

Peut être mais j' en ai mangé d' autres tout aussi bonnes et sans grimper encore!!!

Cette fois le voyage est fini. Il est près de 17 heures, on remonte dans le car et direction la France!

Ciao!

Non pas tout à fait!

J' ai encore des petites choses à vous raconter, des réflexions, des anecdotes, des étonnements, des agacements... 

Donc

Ci védiamo!

 

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 05:00

Après Naples , nous remontons la côte vers Rome et le Latium.

Moi qui avais vu un peu Rome en 1964 avec des yeux d' adolescente, j' en gardais un souvenir tellement précieux que j' ai toujours voulu que Pounet puisse lui aussi voir Rome avec moi et des yeux d' adultes cette fois - ci. Je n' ai pas été déçue! Pounet non plus.

Nous commençons par le Vatican.

Et là, tout d' un coup, en sortant du parking où nous avait laissés le car, j' ai vu ça!!!!

Et l' émotion fut la plus forte, incapable de dire un mot, je pleure... Tous les souvenirs de 1964 reviennent... C' était le jour de Pâques... il y avait Maman... et nous étions au même endroit... 

Il m' a fallu un moment pour me reprendre, le temps que tout le monde prenne des photos... Mais tout ce que j' ai vu à Rome cette fois-ci, me fut particulièrement bouleversant, touchant, impressionnant, étourdissant...les images de mes 2 visites se superposant en permanence.

Nous avons commencé par les musées du Vatican. Il faut en passer par là pour arriver à la Chapelle Sixtine.

 

 

 

Nous traversons 3 galeries, la 1ère celle des Candélabres où sont regroupées des statues romaines répliques d' originaux grecs, sous un plafond magnifiquement décoré.

 

 

 

 

 

 

 

 

La seconde est celle des cartes géographiques des régions italiennes et des territoires de l' Eglise que le pape Grégoire XIII fit peindre en 1580. Et curieusement on y trouve cette carte.

C' est bien la Corse, et je n' ai pas inversé le sens de la photo, elle est telle quelle dans la galerie. C' est juste un clin d' oeil à Bernard et Francine!

 

Et au bout, c' est la Chapelle Sixtine. Lieu sacré, donc le recueillement est demandé. Impossible de prendre des photos du fameux plafond peint par Michel Ange, ainsi que le mur du fond:

La salle est dans le sens de la longueur mais la photo (scann d' une carte postale) rend mieux dans ce sens.

Il faut prendre le temps de s' asseoir et d' admirer en détails tous ces morceaux de vie, quitte à chausser des jumelles, la voute étant haute de 21 mètres. L' appareil de Pounet ne faisant aucun bruit, il a réussi en l' orientant à l' aveugle à voler quelques clichés:

Le mur du fond représentant le Jugement dernier peint par Michel Ange 25 ans après le plafond! On devine la claustra séparant la partie réservée aux clercs de celle des laïcs.

C' est cette porte qui est fermée le temps du conclave, isolant les cardinaux le temps qu' ils choisissent un nouveau pape.

En sortant nous arrivons sur le parvis de la Basilique Saint Pierre et un mouvement de foule se fait sentir. On suit. Nous avons juste eu le temps de voir le changement de faction de 2 gardes suisses :

Juste eux deux, pas un de plus!

L' intérieur de la Basilique est vide de sièges. Impossible de s' arrêter pour une prière. Un monde fou déambule dans cette immense nef. J' ai découvert que le corps du pape Jean Paul II est placé sous l' autel de la chapelle de Saint Sébastien:

Comment ne pas être touché par la Piéta de Michel Ange, tout en marbre.

Comment avec une matière aussi dure peut - on rendre des drapés aussi beaux?

Magnifique!

Un arrêt à la boutique du Vatican pour poster les cartes postales promises et acheter quelques souvenirs, et nous partons vers la Rome baroque.

Nous arrivons Piazza Navona, située à l' emplacement du stade de Domitien, construit en l’an 86, qui pouvait accueillir 30 000 personnes. C' est la plus belle place baroque de Rome avec ses 3 fontaines:

La fontaine des 4 fleuves, les plus importants de l' époque, (1651)

le Nil, le Danube, le Gange et le Rio de la Plata, représentants aussi 4 continents.

 

 

 

 

 

La fontaine du Maure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et enfin la fontaine de Neptune.

 

 

 

Autre lieu plein de mes souvenirs, la Piazza di Spagna avec le bel escalier qui monte à Trinita del Monte .

Quand je suis venue en 1964 j' ai dormi en haut dans le bâtiment blanc à gauche des 2 tours. C' est un couvent de Dominicaines qui accueillent les pèlerins français. Je me souviens que l' on dégustait des gélatti (glaces) en dévalant le magnifique escalier

Et sur la place, une jolie fontaine en forme de barque.

Je ne peux pas oublier encore une fontaine, peut être la plus célèbre de Rome, la fontaine de Trévi!

La 1ère fois que j' y suis venue, je n' avais pas manqué de jeter une pièce de la main droite par dessus mon épaule gauche le dos tourné, en faisant le voeu d' y revenir. Et en 2017 j' y suis revenue! Et j' ai recommencé, Pounet aussi! Dolce Vita....

Il ne faut pas oublier le bâtiment sans doute le plus baroque de Rome, le monument à Victor Emmanuel II. Les italiens le nomment "la machine à écrire" ou le "gateau d' anniversaire".

En route, à pieds!, pour la découverte de la Rome Antique.

Depuis le monument à Victor Emmanuel II, on emprunte la Via del Fori Imperiali (voie des forums impériaux) en plein centre ville, qui nous mène tout droit jusqu' au Colisée en passant devant le forum romain.

Et tout au bout de cette grande avenue, le Colisée!

J' avoue avoir eu du mal à le reconnaitre. La 1ère fois je n' étais pas arrivée du même coté et il était 17 h 30, le soleil se couchait. Ses pierres avaient une couleur ocre. Cette fois-ci il était midi, avec un soleil bien haut, et les travaux du métro... En le contournant, j' ai fini par retrouver l' image de mon souvenir:

Juste à coté sur la droite de cette photo, se trouve l' Arc de Constantin, dans un jardin où il fait bon reposer ses pieds et prendre des photos... et du sable!!!

La fin de notre voyage approche. Nous allons reprendre la route et longer la côte ligure pour encore 2 étapes  avant de retrouver la France.

“La nuit ne tombe pas à Rome ; elle s’élève du coeur de la ville, des sombres petites ruelles et des cours où le soleil ne pénètre que d’un rayon, puis, comme la brume du Tibre, elle glisse sur les toits et se déploie sur les collines.”

Caroline Llewellyn

 

Ci védiamo!

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 05:00

Nous avons quitté Assise après le déjeuner et nous roulons vers Naples en Campanie.

Les 4 heures de route sont propices à un temps de repos, en écoutant l' accompagnatrice nous raconter sa région.Nous arrivons à Castellamare di Stabia où est situé l' hotel.

Oh!!! Encore grimper avec les valises!!!!

Non, un service de voiturier vient chercher les bagages que nous retrouverons dans le hall. Non nous ne grimperons pas la côte! Il y a un ascenseur au niveau de la route qui nous monte jusqu' à la réception!

Ouf!!!!

Nous voilà donc dans la banlieue de Naples avec la perspective de découvrir Pompéï, la baie de Naples et ses îles. Contrairement à sa voisine l' île d' Ischia qui est volcanique, Capri est sédimentaire.

Le ciel du lendemain matin n' est pas aussi beau que ces jours derniers. Les nuages sont là mais rien n' entame notre courage, persuadés que nous sommes qu' à Capri il fera beau. Après une heure de bateau, il faut se rendre à l' évidence, c' est raté pour le soleil qui est resté du coté de Naples et du Vésuve!

Mais rien n' entamera notre envie de découverte:

Nous accostons à Marina Grande et empruntons un minibus pour découvrir Capri. Nous cheminons dans de minuscules ruelles tortueuses qui serpentent à flanc de colline, où à peine 2 voitures peuvent se croiser. Nous découvrons les jardins en contre bas, plantés de citronniers et d' orangers, des figuiers de barbarie, des glycines magnifiques...

Après le déjeuner, la pluie s' est invitée mais nous poursuivons vers Anacapri, de l' autre coté de l' ile, jusqu' aux jardins d' Auguste:

Depuis une terrasse, on domine l' ile et on peut apercevoir le chemin piétonnier construit à flanc de colline depuis la Marina Piccola, par Mr Krupp riche industriel, pour accéder à sa maison.

 

 

 

 

En redescendant vers le bateau du retour, une boutique nous offre une découverte de tout ce qui se fait à base de citron. Je ne découvre pas, je déguste le limoncello!!!! Trop trop trop bon! Il y a aussi les dragées au citron, les parfums, les pâtes, les confitures, les bombons, les savons.... On repart les bras chargés.

 

Encore une photo, la plus célèbre peut être de l' ile. Dommage que le ciel soit gris...

Les Faraglioni di Capri est le nom donné à trois stacks situés au sud de Capri

 Stella, encore attaché à l' ile

Faraglione di Mezzo au milieu

Faraglione di Fuori ou Scopolo un peu plus loin.

 

 

 

C' est déjà l' heure de reprendre le bateau. Je quitte cet eden les yeux plein de souvenirs...

Retour sur le continent pour visiter Pompéï. Je dois avouer que j' attendais cette visite avec un "je ne sais quoi" d' inquiétude ou de trouble.

Quand on arrive près du site, à l' entrée des fouilles, on ne voit pas le Vésuve. C' est déroutant car c' est lui la cause de ce désastre. Mais une fois parvenue dans les rues, il est là, à moins de 5km !

On le voit ici au fond, depuis le théatre de Pompéï.

Pompéï fondée avant le VIème siecle avant J.-C.  était une ville prospère dont la population fut estimée à près de 20 000habitants au moment de l' éruption du Vésuve, le 24 Août 79 après J.-C. 

Enfouie sous plusieurs mètres de sédiments volcaniques, préservée des intempéries et des pillages, la ville tombe dans l'oubli pendant quinze siècles.Redécouverte fortuitement au XVIIe siècle, l'état de conservation de l'ancienne cité romaine est remarquable: les fouilles entreprises à partir du XVIIIe siècle permettront d'exhumer une ville florissante, précieux témoignage de l'urbanisme et de la civilisation de la Rome antique.

Ce qui m' a le plus impressionnée c' est que nous n' avons rien inventé! Ils avaient dejà des rues pavées, avec des trottoirs et des passages piétons:

Les grosses pierres au 1er plan sont destinées à passer d' un coté de rue à l' autre sans se mouiller les pieds. Ces pierres sont placées de telle façon que leur écartement permet au char de rouler entre elles. On voit la trace des roues.Les chevaux passaient eux aussi au milieu.

Et puis ils avaient aussi des signalisations. Celle que je vous montre est spéciale mais indique le sens à prendre pour aller au...lupanar!!!

 

 

 

 

 


A propos du lupanar, voici un exemple du lieu d' accueil de ces dames appelées les Louves à cause des cris qu' elles lançaient pour attirer ces messieurs.

Je vous raconterai la légende de la Louve plus tard.

 

 

 

On imagine ce que devaient être les décors et les mosaïques de cette ville quand on voit ce que l' on redécouvre encore de nos jours:

Voici quelques coins de la ville:

On ne peut pas non plus rester indifférent devant ce qui est arrivé à cette population. Contrairement à une idée reçue, les habitants de Pompéï ne sont pas morts ensevelis sous la coulée de lave et de cendres du Vésuve. le volcan est à 5 kilomètres, ils auraient eu le temps de partir. Ils ont été asphyxiés quasi instantanément par l' explosion qui a précédé l' éruption. Ce n' est qu' après qu' ils ont été recouverts par la coulée de lave.

Il est impossible de rester "de marbre" en parcourant le dédale des rues de cette ville... Et pourtant tant et tant de touristes et de scolaires manient les selfies à tout va . Se rendent - ils compte de ce qui s' est passé ici?

Prochaine étape Rome.

Ci védiamo!

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 05:00

Voilà des années que je voulais que Pounet puisse voir Rome et Assise comme moi je les avais découvertes à 16 ans...

J' ai réussi à programmer un voyage  malgré les aléas subis à l' automne dernier.

Ce furent 10 jours magnifiques, fatigants bien sûr, mais tellement enrichissants de découvertes.

Nous avons eu la chance d' avoir le soleil en permanence avec un ciel résolument bleu et une température à 26°!

Tout d' abord Pise où la tour penche toujours. C' était le 1er matin après une nuit dans l' autocar. C' est vrai qu' on la voit très vite, et puis sur le parking, impossible de la localiser. Alors on suit comme des moutons de Panurge, les flots de touristes, et au détour d' un rempart, c' est la Piazza dei Miracoli (piazza del Duomo) Place des Miracles.

 

Ici le baptistère au 1er plan, de forme ronde parfois octogonale, spécifiquement destiné à pratiquer le baptême chez les chrétiens.

Puis la Cathédrale Notre Dame de l' Assomption

Et au fond la fameuse tour de Pise qui en est le campanile ou clocher.

 

 

 

L' ensemble de ces bâtiments est en marbre de Carrare, comme la plupart de ceux que nous verrons pendant notre voyage.

 

Mais la vedette, c' est elle!

 

 

Notez que la hampe du drapeau en haut de la tour, le poteau télégraphique à gauche, les arbres, les touristes et le mur de la cathédrale, sont tous bien verticaux!

 

 

 

 

 

 

 

Après Pise, direction la Toscane et Florence.

C' est à partir de là que nous avons compris qu' en Italie ça grimpe!!!

Le car nous dépose juste là, près de la Tour della Zecca Vechia sur la rive droite de l' Arno qui traverse Florence. J' ai du sable de la petite plage sur la rive gauche, après la chute.

Tour Zecca Vechhia ou tour de la Monnaie où étaient frappés les florins.

Cette tour faisait partie du mur d' enceinte de la ville.

C' est de là que nous sommes partis à la découverte de la capitale toscane, en passant par une rue parallèle au fleuve.

Ce sont des voies étroites et mal pavées  avec des espaces à se tordre les chevilles ou à tomber.

 

 

 

 

 

 

 

On s' éloigne du fleuve pour se diriger vers la Piazza del Duomo, là où nous trouvons l' ensemble religieux autour de la cathédrale, et ça grimpe!

On distingue toujours les 3 éléments composant l' ensemble baptistère, cathédrale et campanile.

Le baptistère Saint Jean Baptiste à gauche au 1er plan, de forme octogonale, la cathédrale Sainte Marie de la Fleur au milieu avec son dôme en briques (qui posa bien des soucis car personne ne savait comment le faire tenir au dessus de la nef...) et son campanile carré à droite. Cet ensemble est en marbres de couleurs.

Et puis en redescendant les ruelles vers le fleuve, on ne peut pas visiter Florence sans "voir" le fameux pont le plus célèbre et le plus touristique de la ville:

Le Ponte Vecchio datant du XIVème siècle(vieux pont) enjambe l' Arno. Il est habité comme les ponts de Paris autrefois. C' est aussi une rue piétonne où sont concentrées les boutiques de joaillerie et d' orfèvrerie de luxe.

J' avoue qu' il m' a un peu déçue, je lui préfère de loin le Rialto de Venise, a revoir en fin d' article.

 

Après Florence, nous quittons la Toscane pour l' Ombrie .

C' est Assise qui nous attend. Je voulais revoir ce fameux rosier où saint François s' est jeté pour vaincre une tentation. Depuis ce rosier a perdu ses épines et ses feuilles sont parsemées de petits points rouges...C' est à Sainte Marie des Anges, dans la vallée à quelques kilomètres d' Assise. Malheureusement cette visite n' est pas prévue et je ne l' apprendrai que trop tard pour la refaire en temps libre!

Cette fois - ci je découvre Assise, la ville, que je n' avais pas visitée la 1ère fois.

Assise est située en haut d' une colline aménagée en terrasses. On y accède à pieds par des escaliers depuis le parking pour les plus courageux, ou bien on emprunte une série d' escalators. On arrive ainsi devant la cathédrale sainte Claire:

 

 

Elle est toute en pierres blanches et roses, sobre, avec une magnifique rosace sculptée au dessus de l' entrée.

A l' intérieur, enfin un souvenir...
J' avais acheté en 1964 un petit crucifix en bois peint, celui de Saint Damien qui est en permanence sur ma table de nuit. Il n' a aucune valeur marchande, juste une très grande valeur sentimentale car acheté avec ma maman.
 

 

 

 

 

 

 

Ma fille m' avait expressément demandée de lui rapporter le même, pas plus grand surtout. Mon fils aussi.

Chose faite, il mesure comme le mien environ 5cm de haut et en est la copie parfaite.

 

 

A Assise il y a d' autres bâtiments à voir:

le fort de la Rocca Maggiore est située sur la colline dominant la vallée et la ville d'Assise.

Heureusement nous ne sommes pas montés jusqu' en haut!

 

 

 

 

 

Les petites rues de la ville...qui grimpent, tantôt en pente douce ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.... tantôt avec des marches!

Heureusement il y a souvent une fontaine pour se désaltérer.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais nous, on ne fait que redescendre. On arrive à la Piazza del comune, la place centrale d' Assise.

Moment de respiration pour cartes postales, timbres, sans se tromper (j' en reparlerai), boire un verre...

Sur ma photo c' est le Temple de Minerve, aujourd'hui l'église Santa Maria sopra Minerva, Il fut érigé au Ier siècle av. J.-C., à l'époque de l'empereur d'Auguste. Il était sur le forum qui correspond de nos jours à la Piazza del Comune.

On descend toujours et on arrive face à la cathédrale de San Rufino:

En bas de l' escalier, on arrive à une immense terrasse, ancien forum sans doute, entourée d' arcades:

Il n' y a plus qu' à rejoindre notre bus en passant par les petites rues tout au fond de la place.

Il est midi. Je ne verrai Sainte Marie des Anges que de loin, encore que pas si loin puisque nous déjeunons à moins de 500m!!!

Direction le sud, et la Campanie pour d' autres belles découvertes.

Ci védiamo!

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 05:00

Depuis 1992, Chaumont sur Loire organise chaque année, le Festival des Jardins, dans le parc du château:

Ce n' est pas une carte postale! Il y a un bras à droite de ma photo!

J' y suis allée 4 fois avec un thème différent d' année en année. Il y a eu:

Jouer au jardin en 2006

Mobiles en 2007

Je ne me souviens plus du nom donné à ces 2 jardins ci dessus...

Jardins d' avenir ou l' Art de la biodiversité heureuse en 2011

Jardin de Madame Irma.

Et cette année 2015, Jardins extraordinaires jardins de collection.

Nous y sommes allés un matin de soleil, et nous avons déambulé plus de 2 heures sous la chaleur qui augmentait au fil des heures.

Il y avait plus de 20 jardins, voici les photos de ceux qui m' ont le plus attirée.

Carnivore Parc.

 

L' arche de Linné.

Je ne me rappelle plus du nom de celui - ci...

 

Nuances.

Comme un tableau impressioniste.

Le jardin des 101 pélargoniums.

A table!

Tout ce qui y poussait était comestible,

j' ai goûté une framboise! Chuuuut

Porte - bonheur.

Jardin dédié à Nancy qui trouve

sans chercher, des trèfles à 4 feuilles

depuis toujours

Suspensions climatiques.

Le jardin d' Orphée.

Que des cactées.

 

Le jardin du teinturier.

Il n' y avait que des plantes tinctoriales et le panel des couleurs qu' elles donnent

Le jardin des graines.

J' ai photographié de grosses graines

reproduites en bois.

 

Silence! Ça mousse.

La serre des Victoria.

Les nénuphars géants avec des

feuilles plateau.

J' ai été moins "emballée" par les jardins cette année, trouvant trop de points communs avec ceux des éditions précédentes.

Avant de quitter le parc, j' ai jeté un oeil aux expositions dans les écuries du château avec mon amie Nicole, patcheuse comme moi.Voilà ce que nous y avons découvert:

Ce sont d' immenses panneaux composés de petites plaques de métal issues de canettes de soda, de bagues de capsules de bouteilles...

El Anatsui puise son inspiration dans les traditions africaines de recyclage et de détournement d’objets manufacturés usagés. Il a obtenu le Lion d’Or, à la Biennale de Venise2015.

Les Jardins de Chaumont sont ouverts jusqu' au 1er Novembre 2015.

Il est encore temps d' y aller, profitez - en.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 05:00

Je vous emmène visiter le parc floral de Keukenhof. Si vous devez aller au Pays Bas, programmez votre visite pendant les seules 8 semaines d' ouverture de ce parc floral, de mi - Mars à mi - Mai, période de floraison des bulbes.

C' est le plus grand parc du monde avec 32 hectares plantés uniquement de fleurs à bulbes, surtout des tulipes.

Plutôt qu' un long discours, rien ne vaut des photos!

Tous les ans il y a un thème et cette année c' était Van Gogh. Admirez:

Pas facile de saisir le portrait bien qu' installée sur un balcon... On n' est pas assez haut pour bien voir.

Pour le reste c' est un émerveillement de couleurs et de fleurs différentes!

On peut "marcher sur l' eau" du lac grâce à des pas japonais. Je m' y suis risquée jusqu' à ...3 seulement!

Sur certaines photos, notamment les 2 premières, on voit beaucoup de feuilles. Les bulbes sont plantés en superposition de 3 pour assurer une floraison continue. Les fleurs fanées sont coupées mais les bulbes ainsi que les feuilles restent en place. Tout le travail est entièrement fait à la main, la plantation, l' éffeuillage, et l' enlèvement des bulbes en fin de saison.

Dans le parc il y a aussi plusieurs pavillons où l' on peut voir des expositions de fleurs notament des orchidées.

Et puis bien sûr il y a un moulin où je suis montée pour voir les champs de tulipes aux alentours:

C' est moi tout là haut!

Et pour terminer, le Keukenhof est situé à coté de la ville de ...

Ça ne s' invente pas!!!

Voilà un beau week end de Mai qui m' a fait découvrir une capitale européenne et ses environs.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 05:00

Nous quittons Amsterdam pour un village de moulins: Volendam.

`Vous qui désirez voir la plus belle partie de la Hollande, rendez-vous à Volendam`.

C' est un ancien petit village de pêcheurs situé à 22km au nord de la capitale et au bord du lac IJsselmeer. Il ya des moulins partout. Contrairement aux nôtres, ils ne servent pas à moudre le grain mais à pomper l' eau des canaux.

A Volendam, il y a aussi un sabotier;  il réussit à faire une paire de sabots en moins d' 1/4 d' heure grâce aux nouvelles machines électriques. Il n' utilise plus le savoir - faire d' autrefois: c' est dommage.

J' ai trouvé "sabots à mes pieds"...

J' étais prête pour la visite du village.

C' était tellement beau que je me croyais dans le tableau  d' un peintre impressionniste...

Les touristes que nous étions me semblaient trop intrusifs, car les habitants profitent de leurs jardins tandis que nous déambulons dans les petites rues du village, plongeant nos regards dans leurs intimités. Du coup, je suis retournée prendre des photos plus anonymes.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Comme le dit la citation au début de l' article, Volendam est très joli, mais j' ai trouvé Marken très joli aussi, et très "bord de mer".

C' est une île devenue presqu' île car rattachée au continent par une digue à une seule voie construite en 1957.

 

J' avais déjà tellement marché que je n' avais même plus le courage de prendre des photos...

 

On dirait un décor de bord de mer... Et pourtant ce n' est pas la mer, c' est un lac large de plus de 33km!

Je suis restée rêver et reposer mes pieds devant ce paysage, en compagnie des oiseaux de "mer" et des canards, en attendant que la digue puisse être empruntée pour quitter ce havre de paix. ( libre 2 fois 10 minutes par heure pour chaque sens)

J' ai encore une visite bucolique à vous faire partager, mais ce sera pour la semaine prochaine.

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article

Présentation

  • : La cour de re - créations de Mimi
  • La cour de re - créations de Mimi
  • : mon quotidien et mes loisirs.
  • Contact

Bienvenue chez moi.

Maman 3 fois, Mamy 1 fois, et Mimi tout le temps, j' ai toujours eu des fourmis dans mes 10 doigts. Ils ne se sentent bien qu' en tripatouillant des fils et des tissus. Et puis certains mais pas tous, aiment aussi écrire au crayon ou au clavier.

Merci de vos visites, en espérant que ma cour de ré - créations sera aussi la vôtre.

A bientôt.

Quelle heure est-il?

"Des lettres et des mots"

Si comme moi vous aimez les lettres qui font de jolis mots, venez me rejoindre dans ma communauté afin de partager nos alphabécedaires personnels.