Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 05:00

Récit écrit en Juillet 1992.

         Pour notre 20èmeanniversaire de mariage, en Juin 1992, nous avions décidé de nous offrir, Pounet et moi, un séjour à Venise.

 Nous avons choisi un voyage aller - retour en autocar, avec hôtel et petits déjeuners.

  Donc depuis le mois de janvier je mets de coté les pièces de 10 francs,
5 francs et 2 francs pour tous nos frais sur place et ne pas avoir à sortir d’autre argent de la banque.

Finalement, cinq mois pour rêver de Venise , ce n’est pas trop.  
Enfin arrive l’heure H du jour J, le 5 juin à 18 heures 15, nous sommes tous les deux avec notre valise rouge devant le tabac du Lion de Belfort, tout près de chez mes parents à Paris, ainsi que 78 autres touristes.

  Premiers de liste, je choisis nos places en haut de l’autocar, juste au dessus du conducteur et derrière le pare brise.
Il fait chaud et lourd, enfin nous partons.

Il est près de 19 heures et l’autoroute bouchonne. Une heure ¼ pour arriver à hauteur de Lisses ! La pluie et l’orage arrivent et les envies de pipi aussi.

La faim commence elle aussi à se faire sentir, mais il faudra attendre Auxerre vers 21 heures 15, pour satisfaire toutes nos envies y compris celle de fumer.

Là, le car se vide par les deux bouts, comme si on écrasait un tube de dentifrice.
Ça urgeait !

Après cette récréation commence la nuit dans le car. Le ronron du moteur endort tout le monde et seuls deux arrêts d’essence tireront certains de leur sommeil.

Vers 5 heures du matin nous passons la frontière franco - italienne sous le tunnel du Mont Blanc (11 kms 600) entre les kms 7 et 8. Un peu angoissant ce tunnel...

Les douaniers des deux cotés exténués, ne le lèvent même pas de leur chaise ; nos papiers ne les intéressent pas le moins du monde.

Coté italien, dans la vallée d’Aoste, Courmayeur nous accueille au petit matin avec ses toits de grosses ardoises irrégulières, sous un ciel bas et grisonnant. Des torrents blancs d’ écume dévalent les flancs des Alpes, et les cimes sont éclaircies de temps en temps par des taches de neiges éternelles. Certains, mal réveillés croient voir des nuages.

Vers 8 heures 30, le car s’ arrête sur l’autoroute pour prendre le petit déjeuner.
C’est la ruée, mais ici, c’est l’ Italie et il faut commencer par acheter les tickets correspondants à ce que l’on veut boire ou manger, avant d’ avoir le droit de consommer . Fallait le savoir.

On est à Tréviglio près de Milan et il pleut toujours. Nous pensions arriver à Venise pour déjeuner mais, vu l’ allure du car, personne n’ y croit plus et on envisage déjà un nouvel arrêt pipi pour pouvoir racheter quelques uns de leurs merveilleux sandwiches.

Enfin le miracle : " Venizia 1 km ".

Il est 13 heures 30, il fait beau et on continue au delà de la pancarte…
Où nous emmène - t - on ? Quand mange - t - on ?

On va continuer comme ça 40 kms, sans aucune explication bien que le car soit équipé d’ un micro.

Quand on ne connaît pas Venise, ce qui est le cas des 80 passagers, on n’imagine pas que les hôtels sont disséminés tout autour de la lagune et que Venise est au beau milieu.

 

        
Le car s’ immobilise enfin vers 14 heures 45 au Lido de Jésolo, une station balnéaire au sud de Venise.

Après avoir pris d’ assaut la douche de la chambre, je voudrais bien être rassurée sur le but de mon voyage. Je me précipite à la plage. C' est une sorte de bande sablonneuse, recouverte de tissus rectangulaires de couleurs vives, tous dans le même sens, à perte de vue d’ un coté comme de l’ autre, ce sont des chaises longues. Chaque couleur correspond à un hôtel.

Nulle part ailleurs, je ne vois quelque chose qui ressemble à un campanile. Aucun relief de terre dans mon champs visuel.

                           Ils ont démonté le décor !!!

 

 Un peu déçue, je rejoins Pounet et, comme nous sommes tous plus masos que nous ne le pensons, nous reprenons le car avec la bande des sept que nous avons formé :
 direction Venise via le vaporetto n° 5 qui nous attend à Punta Sabbioni.

 Ce bout de presqu’ île est le départ des vaporetti et le terminus de la ligne des bus qui sillonnent Jésolo et Cavallino .

 Après deux arrêts au Lido de Venise et une demie heure de mer,

                                    ELLE EST LÀ!...

... Étalant devant nous ses ponts, ses canaux, ses dômes et ses touristes dans une fin d’après midi ensoleillée . Elle est magique, unique, c’est VENISE.


 

 Pendant deux jours et deux nuits elle va nous faire rêver. A chaque ruelle on découvre d’ autres petits canaux enjambés de ponts de pierres blanches et de rampes en fer forgé, la circulation des gondoles noires et fleuries rythmée par le chant des rameurs, les touristes qui flânent de boutiques en " Campi ", les couleurs des maisons et de leurs balcons fleuris qui attirent l’ œil, les masques de la Comédia dell’ arte qui sourient ou grimacent dans les " Calle ", les chats qui nous croisent étonnés et partout la gentillesse des Vénitiens.

 

        
On pourrait se perdre dans les dédales des petites rues pavées pas plus larges qu’un couloir d’appartement mais non ! Il y a toujours une plaque fléchée qui indique " San Marco " ou " Rialto ". On se repère très facilement dans ce merveilleux labyrinthe.


 
Je finirai même par trouver le restaurant qui indique des « Bigoli in Salsa » à son menu. J’ en rêvais depuis Paris. Ce sont des spaghetti noirs avec une sauce aux anchois. Aujourd’ hui leur couleur est obtenue avec l’ encre des seiches, mais autrefois ils étaient noirs avant la cuisson. Ils sont accompagnés de calmars cuits dans la sauce. C’est un régal surtout arrosé d’ un " Vino Fremissante " étonnant rosé pétillant sec. Surprenants aussi les apéritifs maison : c’est un mélange de Campari, de vin blanc et de limonade avec une demie tranche de citron . Ça aiguise les papilles.

 

Après cette première approche de Venise, nous rentrons à l’ hôtel vers 1 h du matin, non sans avoir dégusté mon énième cappuccino envahi de lait mousseux jusqu’au fond de la tasse de café. Ce cappuccino a le goût de mes souvenirs de Rome en 1965.

 

         Le lendemain dimanche, notre groupe de 7 a décidé de mettre les bouchées doubles pour voir le maximum de choses sans attendre les autres . Nous prenons le bus n° 5 à 8 heures 30, et à 9 heures nous sommes déjà en route pour les îles.

 Nous traversons le petit arsenal de Venise. Les marins que nous croisons sont tous habillés de blanc, mais ils n’ ont pas de pompons. A la sortie de l’arsenal, la mer Adriatique vert argenté offre ses reflets au soleil et laisse deviner les contours des îles et les limites extrêmes de la lagune vers l’Est.


 

A Murano, dès l’ arrivée à quai, nous voyons les fileurs de verre exercer leur art sous l’œil goguenard des badauds. Tous cela me semble cher et décevant et pourtant tous les guides touristiques ne parlent que d’ elle, Murano.

 

 Nous entretenons le moral de notre groupe à coups de bières, sandwiches, glaces et autres cappuccini mais nous remontons dans le Vaporetto pour l’ île suivante, Burano, car  j’ ai évidemment bassiné tout le monde pour y aller.
Il faut la vouloir car Murano n’ était qu’à une dizaine de minutes de Venise, tandis que pour Burano il faut compter ¾ d’heure.

Quelle récompense !




 
Burano, c’est un petit bijou perdu tout au fond de la lagune. Ces petites maisons sont rangées serrées les une contre les autres le long de minuscules canaux entrecoupés de ponts. On se croirait entré dans un tableau naïf avec toutes les couleurs vives des murs qui vont du bleu au jaune en passant par les vert, rose, ocre, rouge.

La légende dit que les femmes de Burano ont peint leurs maisons de la couleur des bateaux de leurs époux, pour qu' ils n' aient plus l' excuse de se tromper de maison...et de chambre à coucher!

De temps en temps, des tâches immaculées se posent, régulières et géométriques devant les maisons. Ce sont les dentellières de Burano qui exposent leurs merveilles devant leur porte, tout en continuant de travailler les fils à
l’ aiguille ou au fuseau. Et partout le linge sèche aux fenêtres directement dans la rue.

 Ici tout n’ est que calme et sérénité, harmonie, douceur à quelques minutes d’une ville touristique surpeuplée. Le peu de temps resté là n’ a pas suffit, il faut y retourner, c’est prioritaire pour un prochain voyage. Burano fait partie des choses à revoir absolument

 

 En rentrant vers Venise, nous croisons l’ arrêt " San Michele ". Cette île verdoyante est le cimetière de Venise avec une église, à mi - chemin entre la ville et Murano. Les gens s’ y arrêtent à l’ aller comme au retour, les bras chargés de fleurs en ce dimanche de Pentecôte.

 Il est près de 14 heures, le Grand Canal nous attend.
Nous avons décidé de le prendre du Nord au Sud, depuis la gare ferroviaire Santa Lucia jusqu’ à San Marco. Le chemin de fer et la route Milan - Venise forment le cordon ombilical, le seul lien qui rattache Venise au continent.

 La remontée en vaporetto depuis la gare Santa Lucia jusqu’ au Palais des Doges, est amusante, car elle se fait en zig - zag, ne ratant aucune des stations situées de chaque coté sur les rives.

 Nous croisons des merveilles de palais, émouvantes découvertes en imaginant ce qu’ ils étaient du temps de leurs splendeurs.


 

        La mer et les émanations des moteurs de bateaux ont fait leurs travails de rongeurs insatiables. Le fond de la lagune s’ étant affaissé, les maisons sont au ras de l’ eau. Il y a quelques siècles, il fallait gravir trois ou quatre marches pour être sur le quai comme le montre le " Canaletto " avec son tableau de la Piazzetta.
Jusqu’ à quand et jusqu’ où Venise va - t - elle s’affaisser ?

 
Le Grand Canal est comme une avenue d’eau miroitante où se reflète une guirlande multicolore de palais petits ou grands. Certains ont gardé leur vocation artistique en renaissant en musée, galerie, académies. D’ autres sont devenus des hôtels de luxe. Ils ont tous néanmoins gardé leurs aspects extérieurs, quelques fois restaurés, mais toujours dans le style d’ origine.

  Voici le Palais Cavelli-Franchetti sur la gauche avec ses mâts rouges et blancs et ses fanions agités par le vent de l’ Adriatique.

         


 

    Le Palais Gritti-Pisoni avec ses trois étages de fenêtres ogivales du XV ème siècle.    






Tout au bout  du Grand Canal sur la droite l’ Église Sainte Marie du Salut nous attend. Son parvis à colonnes descend vers l’eau avec quelques marches, tandis que ces coupoles se réchauffent au soleil.


 

  
     
 
       

Au Rialto à gauche, la Fondaco Dei Tedeschi du XIII ème est devenue la Poste Centrale de Venise après voir été un ancien comptoir allemand.



Et des palais de chaque coté...




C’est le seul pont de ce genre à Venise. Il n’ a qu’une arche, il est fait de deux rangées d’ arcades dans lesquelles nichent de minuscules échoppes bourrées d’une mine de souvenirs incontournables pour les touristes que nous sommes.



C’est le quartier du marché aux souvenirs, des masques, des bijoux, des objets en verre filé, des céramiques, des dentelles, mais aussi des fruits et légumes.
J’ y mange mes premières pêches de l’ année.

Au détour d’un coude du canal, un palais étale en plein soleil sa façade à la manière d’ un tableau de maître, un autre encore, et toujours des gondoles
jusqu’ à cinq ou six de front sous le Rialto.

 

        
Savez - vous ce qu’ est l’espèce de peigne argenté qui est à l’ avant des gondoles ?
 Chaque dent correspond à un des six quartiers de Venise, le 7ème étant le prolongement du 6ème.
 


 

 





 

        
     SAN POLO

         CANNAREGIO

         RIALTO

         SAN MARCO

         CASTELLO ARSENAL

         DORSODURO et la GIUDECCA








 

Tout près de là, à coté se tient la Dogena di Mare (douane de la mer) du XVII ème siècle, juste au confluent du Grand Canal et du canal Della Giudecca.
Ce bâtiment est surmonté d’une boule représentant la terre dominée par la girouette de la Fortuna tournant au gré du vent.
               (à l' extrême gauche de la photo)



On arrive enfin au carrefour des canaux et de la mer entre le Palais des Doges et l’ île Saint Giorgio Maggiore dont l’ église du XVI ème lui a donné son nom.

 

        Saint Georges Majeur a aussi un campanile à bonnet vert, que l’ on pourrait confondre avec celui de San Marco, si ce n’ est que l’un est pyramidal à Saint Marc et l’ autre est conique à Saint Georges.

         Et puis la plus connue des images vénitiennes se livre sans détour à nos regards perdus devant tant de beautés.



C’est tout à la fois.

 Les Procuraties, la Piazetta, le Palais Ducal et celui qu’ on n' attendait pas là, ce pont à nul autre semblable, le Pont des Soupirs.


Il enjambe le Rio Di Palazzo tout près des stations des vaporetti.

Le Pont des Soupirs, haut sur l’ eau, ne repose pas sur les quais, mais il  est accroché d’ un coté au Palais des Doges, et de l’ autre au bâtiment de la Justice. On ne peut pas l' emprunter de l’ extérieur, il est fermé et c’ est en fait un couloir où passaient les prisonniers qui venaient d’ entendre leur sentence.
En visitant le Palais des Doges, on le traverse comme une galerie.

Tellement émerveillés nous en oublions de descendre du bateau. Nous attendons l’ arrêt suivant, St Zaccharia en découvrant ce décor sous d’ autres angles depuis le bateau, le silence seulement ponctué de cris admiratifs.


Une fois débarqués, nous arrivons sur la Piazzetta, bordée d’ un coté par le Palais des Doges et de
l’ autre par le Campanile et les nouvelles Procuraties. De chaque coté, près du quai, deux colonnes
s’ élancent vers un ciel bleu canard ou turquoise, surmontées l’ une à droite du Lion ailé symbole de Venise et l’ autre à gauche de San Théodore.


Les Vénitiens évitent de passer entre ces deux colonnes; ils pensent que cela porte malheur, car autrefois on y installait l’ échafaud.

 Quand j’ai vu le Palais des Doges, j’ai repensé à l’ architecture arabe. Il a un petit rien des palais marocains, peut - être sa crête de briquettes roses et déchiquetées ou sa couleur. C’est un gros cube bien planté sur ses colonnades, avec une cour intérieure pavée de pierres inégales où trône l’ Escalier des Géants.
 

Maintenant c’est un musée où l’ on retrouve tous les grands peintres et sculpteurs : Le Titien, Cannalleto…

 Comme la place San Marco, cette piazzetta, telle une avenue, est pavée de noir avec un liseré de marbre blanc aux formes géométriques, qui court tout autour à la manière d’ un tapis. Les Vénitiens qui se promènent sur ces bandes appellent cela " faire des lignes ", comme nous faisons les planches à Deauville.

 


La Basilique San Marco, léchée par la mer au moment de la marée montante, dévoile l’ envers de ses coupoles totalement recouvertes de mosaïques sur fond d’ or dont chaque petit carré n’a pas plus de ½ cm de coté.


Il n’y a pas moins de cinq coupoles reparties suivant le plan d’ une croix grecque. La séparation entre le maître autel et le cœur est surmontée de statues représentant la Vierge et les Apôtres.

Impressionnant également le carrelage au sol, plus bas que le niveau de la place San Marco, ce qui explique que l’ eau soit pratiquement présente deux fois par jour. Tous les carreaux de ce pavement sont de forme et de couleurs variées, comme un puzzle, dans un camaïeu de noir, beige et blanc.

 

        



En sortant de la Basilique, sur le bas du pilier à gauche, les Tétrarques semblent monter la garde. Ce sont les statues de quatre Sarrazins en porphyre qui auraient été changé en pierre pour avoir voulu voler le trésor de San Marco.




 

        





La place San Marco est là devant nous, envahie par " les marchands du temple ".
Je la pensais beaucoup plus grande qu’ elle ne l’ est. Là, c’est le royaume des pigeons, des camelots et des touristes. Cet endroit rappelle un peu la rue de Rivoli avec ses arcades tout autour, et la place du Tertre par son ambiance, ses artistes peintres et ses musiciens à la terrasse du café Flerian.


 

       



  Tout près de là, les heures sont martelées sur une cloche cuivrée par deux Maures. La pendule a un mécanisme qui fait apparaître
 l’ heure et le jour, comme sur une montre à quartz, sur un fond de ciel étoilé. On prétend que le Sénat a fait aveuglé le Maître Horloger Paolo Rainieri et son fils Carlo pour qu’ ils ne puissent pas reproduire le même mécanisme sur une autre horloge.
        




On est déjà dimanche soir, on pense déjà au retour et aux quelques dix huit heures à passer dans le car, jambes coincées, les envies rarement satisfaites , et la route qui défile sans que l’on ne puisse rien voir tant il fait nuit.

 

Avant de reprendre le chemin de l’ hôtel avec nos tickets forfaits, voilà encore deux petites merveilles sur la Riva Degli Schiavoni :



le palais du Doge Dandola devenu le plus célèbre des hôtels de luxe : le Danieli







  et un petit peu plus loin, perdue au milieu d’ autres bâtiments, l’ église de la Pieta ou Vivaldi, Professeur de violon, fut Maître de Chapelle.
 



Mais le vaporetto nous attend.

 

         On va se venger sur une pizza à Jésolo. Bien qu’ il soit prévu quarante minutes d’attente, une heure vingt sera nécessaire à satisfaire notre appétit jamais repu, tandis que dehors la pluie revient, comme pour nous rappeler que le retour est proche.

Après un autre cappuccino, on refait les valises avec les cadeaux pour chacun, en se disant que c’était bien court un week end même prolongé.

 Nous n’avons eu le temps que de voir les extérieurs de Venise. Il faut revenir, c’est une évidence.
Il me manque la vue de la lagune depuis le haut du Campanile de San Marco.

Je n’ai pas visité le musée du Palais des Doges.

Je n’ai pas emprunté les passages secrets qui mènent au Pont des Soupirs.

Je n’ai pas trouvé le quartier de la Giudecca, Ghetto Juif de Venise.

Je ne suis toujours pas rassasiée de l’enchevêtrement du labyrinthe des petites rues de Venise.

Burano m’ attend encore, perdue au fond de sa lagune sous le soleil et bercée par ses vagues argentées.

 

C ' est promis, je reviendrai. 

                                                                                    

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi - dans Mes balades.
commenter cet article

commentaires

anita 29/09/2009 21:15


merci pour les infos mimi comment as tu deviné que c etait mon prochain voyage!!!! trop forte


Mimi 30/09/2009 09:48


C ' est pour quand?


Flo 29/09/2009 14:27


Superbe reportage !!!!
Merci Mimi de faire profiter celles qui ne peuvent pas se déplacer si loin !
Bises


Mimi 30/09/2009 09:49


Ce n' est pas si loin que ça!


choupette 29/09/2009 11:24


Ben dis-donc !! quel bel article... chapeau
Du coup, je n'économise plus pour me payer le voyage !!! MDR
Pi de toutes façons, j'ai pas d'amoureux et tout le monde sait que Venise est la ville des zamoureux !
Gros bisous


Mimi 29/09/2009 12:27


Si si économise!
Les zamoureux y' en a encore qui traînent, sûr!
Et pis c' est mieux en vrai!


nicole 29/09/2009 11:20


Tu es fâchée avec les dates ? Il me semble que 20ème anniversaire n'est pas juste à moins que tu n'ai attendu un peu avant de faire ce voyage. C'est un voyage que je rêve de faire aussi , avant
qu'il ne soit trop tard. Pour l'autre face de Venise, il faut lire la série policière de Donna Leon où l'action se passe essentiellement à Venise ou alentours.


Mimi 29/09/2009 12:25


Voui, très fâchée!
Il fallait lire 1992...J' ai rectifié!


lizagrece 29/09/2009 08:33


J'ai été à Venise en 1966. j'ai visité le Plais des Doges. Il a plu tout le séjour. J'ai adoré la Place St Marc et même Murano. J'ai acheté un joli parapluie, goûté à de bon café sur des chauses
mouillées. Je n'ai pas vu Burano .. Je me suis promis de revenir. Je ne l'ai jamais fait .. Mais il n'est jamais trop tard


Mimi 29/09/2009 12:27


Les parapluies, moi j' en ai un d' Andore et un de Windsor!


Présentation

  • : La cour de re - créations de Mimi
  • La cour de re - créations de Mimi
  • : mon quotidien et mes loisirs.
  • Contact

Bienvenue chez moi.

Maman 3 fois, Mamy 1 fois, et Mimi tout le temps, j' ai toujours eu des fourmis dans mes 10 doigts. Ils ne se sentent bien qu' en tripatouillant des fils et des tissus. Et puis certains mais pas tous, aiment aussi écrire au crayon ou au clavier.

Merci de vos visites, en espérant que ma cour de ré - créations sera aussi la vôtre.

A bientôt.

Quelle heure est-il?

"Des lettres et des mots"

Si comme moi vous aimez les lettres qui font de jolis mots, venez me rejoindre dans ma communauté afin de partager nos alphabécedaires personnels.